lundi 7 septembre 2015

Semaine du bizarre à Montreuil 93 (du 09 au 14 décembre 2015)

Dans le cadre de La Semaine du bizarre

Luna Park Films présente
Jeudi 11 décembre à 21h00 au cinéma Le Méliès
12 place Jean Jaurès  93100 Montreuil - M° Mairie de Montreuil
Entrée libre

L’oeil nu
de Sylvain Morin et Pascal Babin / France / 2015 / Fiction / 17′
Avec  Sylvain Morin, Manon Jomain, Patrick Volto, Stéphane Durieux, Laurence Marot, Jean-Christophe Dulon, Maxime Petiot, Samuel Renouard. Réalisation : Pascal Babin. Scénario : Sylvain Morin. Adaptation : Sylvain Morin et Pascal Babin. Image : Cyril Babin. Assistant image : Pierre-Audric Gadeau. Son : Sébastien Batanis. Assistante son : Zora Renouard     

Égaré dans une bouquinerie sans bouquiniste, un homme scrupuleux tente d’en sortir l’esprit libre. C’est l’histoire d’un type qui se donne vaguement une mission qu’on ne lui a pas vraiment demandé.

Deux hommes et une armoire 
de Roman Polanski / Pologne / 1958 / 15' / 35 mm / noir et blanc
Titre original : Dwaj ludzie z szafy
Scénario : Roman Polanski. Image : Maciej Kijowski. Musique : Krzysztof Komeda. Production : PWSF. Interprétation : Jakub Goldberg, Henryk Kluba et Roman Polanski.

Deux hommes sortent de la mer avec une armoire à glace. Ils essaient de s'en débarrasser...  

La Route parallèle (Die Parallelstrasse)
Ferdinand Khittl / Allemagne / 1962 / 83' / coul. et noir et blanc / version française

Cinq hommes, cinq membres d’une « société » regardent pendant trois nuits, sous la houlette d’un « Secrétaire », 308 « documents » filmiques de la vie d’une « personnalité problématique » dont, au final, on se saura rien. Ils doivent leur trouver un ordre, donc un sens. Nous ne verrons que 16 documents. Le film commence avec la fin de l’un d’entre eux et de la deuxième nuit. La troisième commence. L’absurdité de la mission, comme la menace de mort qui pèse sur l’existence des personnages, assis dans le théâtre nocturne d’une immense salle, sont données d’entrée de jeu. Nous apprenons dès le début que les jurés, qui l’ignorent, seront tous exécutés à la fin, comme leurs prédécesseurs !… Un jeu subtil et déroutant, intégrant des prises documentaires à un dispositif de fiction pour un procès qui n’est pas sans évoquer Kafka et le Surréalisme.